jeudi 8 février 2018

La première « Lettre à Lou » (flashback)

-->
Voyage dans le temps. Au hasard des liens qui se font. Ma première "Lettre à Lou" publiée en 2003.

Au départ, dans ce cas, un portrait de Lou B., réalisé par Serge Dehaes pour illustrer une carte blanche de mon cru que La Libre Belgique a décidé de publier en novembre 2017. 
Ensuite le fait que l’auteur nous ait aimablement envoyé une copie.
Le fait enfin de l’avoir encadré et jointe à la petite galerie de portraits dans notre cage d'escalier.

La suite devient naturelle : de nombreuses personnes font l’analogie entre le portrait de Lou et « Le Petit Prince ». Une évidente volonté de l’auteur. Une juste approche de Lou. Je l'avais moi-même faite au tout début de ma communication à son propos, tant était cette évidence de deux mondes qui essayent de se comprendre, d’un déni de la réalité et enfin d’une évidente ressemblance physique.
Certes, de nombreux parents font aussi cette analogie avec leur enfant porteur de handicap, mais je la trouve particulièrement justifiée vis à vis de Lou.

Voilà donc l'analogie avec la première« Lettre à Lou » que j’ai écrit en 2003 et qui ouvre le deuxième blog qui répond au premier (« Le journal de Lou ») ouvert à la même époque.
J'y faisais le même rapprochement, mais avec des mots.

Voici ce que j’y écrivais :

Mon petit prince,
Le jour où tu es arrivé, je n'étais pas perdu dans un désert.
Je n'étais pas seul non plus.

Il y avait tout d'abord mon Soleil, ma Reine.
Il y avait aussi deux merveilleuses Princesses, qui, à leur manière, étaient déjà des étoiles brillantes dans mon ciel.

J'étais donc loin d'être à mille lieues de toute région habitée.
Je n'essayais pas non plus de réparer un avion en panne, et je ne manquais, ni de nourriture, ni d'eau pour vivre.

J'étais néanmoins très occupé.
Préoccupé par la programmation de la fusée qui ferait de moi un astronaute, une star.
J'étais perdu dans mes notes, mes croquis, mes plans.

Je pensais connaître le ciel,
Je pensais connaître les gens,
Et voila que tu es venu tout bousculer.

Et pourtant...
Et pourtant, j'aurais du être préparé à toutes ces questions.
Je me les étais déjà posées maintes fois.
Les réponses étaient bien consignées dans l'armoire aux certitudes pour les uns, sur l'étagère de mon laboratoire pour les autres.
Mais avec toi, pas question de cela.
Si tu me demandes de dessiner un mouton, il doit être conforme à tes souhaits, à l'image que tu t'en fais, loin de tes peurs légitimes.
Et si tel n'est pas le cas, il faut te rassurer, le mettre dans une boîte pour qu'il ne dévore pas ton jardin sauvage.

J'ai déjà lu cela quelque part...

A la différence, de taille, que ton astéroïde est bien différent du sien.

Lorsque s'est formée ta planète, quelque chose en toi a décidé qu'elle serait peuplée de baobabs, et de mille autres plantes naturelles et sauvages.
Tant et si bien, que tu ne vois plus le jour et la nuit.
Au fin fond de ta forêt luxuriante, tu ne connais pas les nuances de la lumière. Tu ne connais tout simplement pas le soleil.
Tu ne vois pas, et ne verras jamais.

Mais tu entends la vie sauvage et plurielle des sous-bois, de l'appel au loin d'un grand mammifère, au battement d'aile du plus infime insecte.

Tu sens la richesse de l'humus.
Tu perçois la terre qui tremble sous tes pas, l'air qui vibre et se déplace.
Tu goûtes aux saveurs sans t'embarrasser de l'apparence.
C'est ta façon à toi d'appréhender la vie : par l'intérieur.
Ton intérieur.
Aux autres de venir chez toi pour te convaincre de quitter ton petit univers.

Telle est ta planète.
Et il me faut me mettre à ta place.
Repartir à zéro, en oubliant tout ce que ma vue m'a appris.
Ce n'est plus toi qui atterris sur ma planète, notre planète, mais moi et nous qui devons venir sur la tienne pour t'apprivoiser.
Mais pour cela, il faut abandonner tous les préjugés : ta forêt n'est pas une jungle.
Elle peut paraître sauvage, désordonnée, mais elle est la quintessence naturelle.

En entrant dans ton univers, je redécouvre mes sens.
Les clichés n'ont plus cours avec toi.
C'est du brut, du naturel, sans décoration ni aménagement.

C'est l'aventure.

Que dire, quatorze ans plus tard. 
Ce fut et cela reste une aventure de fou.
J’étais à mille lieues d’imaginer ce talent musical qui allait contribuer à le sortir de son astéroïde, même si aujourd’hui encore, les deux mondes cohabitent et que Lou allonge sans cesse sa présence dans le notre.

Bèrlebus (du sobriquet que tu m'as donné à cette époque) alias Luc Boland

mercredi 24 janvier 2018

Les « Migrants »

-->
Un glissement inquiétant s’est produit quand "je ne sais qui" a insidieusement imposé le mot de « migrants » pour qualifier les réfugiés. Je me souviens à l’époque que quelques intellectuels et journalistes s’en étaient émus, mais au final, le mot « migrant » a triomphé, par la force uniformatrice des médias. 
Dans tout ce qu’il a de bonne conscience, le mot "migrant" me donne la nausée en ce qu’il efface les raisons de ces migrations (les guerres, les situations encironnementales, politiques ou économiques). On n’en retient que l’acte : ces gens migrent chez nous. Quelle inquiétude légitime si ce sont des envahisseurs ! Quelle bonne conscience cela nous procure alors, de s'opposer à l'envahissement !
J’exècre aussi le mot "migrant" dans ce qu’il induit un séjour provisoire, tel les oiseaux migrateurs qui se déplacent et s’installent ici ou là selon les saisons, et qui donc devraient repartir : ce sont les lois de la nature ! 
Je vomis ce mot "migrant" qui fait le lit du fascisme et du racisme, de notre déshumanisation.
Ce mot, je le répudie et j’espère que d’autres le feront aussi.
Le regard devient tout autre quand on admet avoir face à nous des réfugiés.
Puisse cette réflexion être aussi une modeste contribution à cette cause.
Je voue, en effet, un respect et une admiration à toutes ces personnes engagées dans la plateforme citoyenne (voir la vidéo ).
D’une part, ma vie privée qui n’existe pour ainsi dire plus au vu mes engagements associatifs débordants dans le secteur du handicap, de même que l’accompagnement de Lou, d’autre part la taille de notre maison et l’absence de tout lit d’appoint pour accueillir un réfugié, font qu’il m’est impossible de se joindre à ce mouvement.
Quelles que soient les justes causes, c’est en agissant à notre niveau que nous, citoyens, changerons le cours des choses.
PS : si comme nous, il vous est impossible d’accueillir un réfugié, vous pouvez aider en faisant un don sur le compte : BE04 5230 8077 7231  / BIC/SWIFT : TRIOBEBB avec la mention « soutien aux réfugiés » (compte de « ASBL Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés »)
Autre possibilité : donner des vêtements ou du matériel.
Cfr le site : Plateforme Citoyenne 
(illustration : caricature du Syrien Hossam Al Saadi, réfugié politique, auteur de « Syrie – Belgique. Du silence au dessin », un livret poignant édité par Traverse )
Luc Boland (alias Bèrlebus)

jeudi 31 août 2017

En route vers de nouvelles aventures


Lundi 4 septembre 2017.
Une nouvelle vie va commencer pour Lou.
La mise en place d’un réel accompagnement qui lui a tant fait défaut durant sa scolarité. Une vingtaine de bénévoles et de professionnels vont se relayer et l’encadrer durant les heures ouvrables : de l’apprentissage à l’autonomies (par des services spécialisés auxquels nous n’avions pas accès durant sa scolarité) à des activités musicales (chant, voix, composition, jazz, musique classique), un peu de sport, d’apprentissages (français, anglais, math., éveil, ...), bref un programme clé sur porte au gré des propositions reçues suite à notre appel lancé en mai dernier.
Une sacrée organisation et gestion, bien aidée par le tonton de Lou (oui, celui qui a composé la mélodie de « Lou, je m’appelleLou ») sans qui nous ne nous en sortirions pas.

Une rentrée chargée et un automne de folie s’annonce, entre cette gestion, l’Extraordinary Film Festival, les formations de la PlateformeAnnonce Handicap , la Fondation Lou et… un passage télévisé sur une chaîne française prévu en octobre pour Lou. Mais de cela, motus et bouche cousue (obligation contractuel).

« Ah, ça ira, ça ira, ça ira… » disait la chanson.
« Yes we can » répondra l’autre.
« Il faut croire au bonheur, ne serait-ce que pour montrer l’exemple » me rappelle sans cesse Prévert,
« Oui, je sais que le bonheur, il est là » répondrais-je à Christophe Maé,
« Oui, ça ira ! » "affirme-je", grâce à toutes ces personnes merveilleuses qui nous soutiennent.

Que ce soit en tant que professionnels, bénévoles, membres ou administrateurs des 3 associations que je porte, un immense merci à : Vincent B., Gilles, Philippe M., Nadia, Roland, Damien, Claire C., Serge, Françoise L., Frédéric, Cédric, Claire C., Philippe H., Jean-Paul, Nicole G., Yves, Béatrice, Natacha, Véronique, Elisabeth, Nicole B., Françoise M., Marie-Claire, Laurence, Jean-François, Julien, Myriam, Albert, Karin, Michèle, Sabine, Lydie, Vincent L., Julie M., Eva N., Marc-Paul, Christine B., Christine C., Anne-Marie, Lisa, Claire-Alice, Camille, Delphine, Anne, Valérie, Charles, Alice, Monique, Isabelle, Clara, Maud, Joëlle, Aurore, Julie, Marie, Brigitte, Christiane, Françoise, Jif, Henry-Michel, Antoinette, Coline, Hélène, Cathy, Domenico, Sandrine, Michel, Barbara, Margaux, Fred, Christine, Jacques, Franck, Hélène, Michèle R., Cécile, Patrick, Claire P., Mathilde, Eva, Tanguy, Lou et tous les bénévoles du festival ainsi que les personnes que j’aurais malencontreusement oubliées.

jeudi 13 juillet 2017

Les aiguilles et la poutre en chêne

Tous les apprentissages de Lou (et surtout ceux relatifs à la conceptualisation) ont été acquis au début, au prix de centaines de répétitions avant qu’elles ne pénètrent son cerveau. C’est l’image d’aiguilles qu’il convient d’enfoncer à mains nues dans une poutre en chêne jusqu’à la tête, sans la casser en chemin et en cherchant sans cesse une partie tendre du bois qui se laisserait plus facilement pénétrer. Après dix-huit ans et des centaines de têtes d’aiguilles qui le sertissent, le bois s’est fait plus tendre, plus pénétrable. Nos doigts usés ont trouvé des techniques subtiles et une patience d'ébéniste. De la raison de la mise en place de cet accompagnement qui lui a tant fait défaut durant sa scolarité.

(extrait du Vademecum de Lou à l’attention des bénévoles et enseignants bénévoles qui le prendront en charges à partir de septembre).

dimanche 21 mai 2017

Le « Melon » ? (la magnifique aventure)


La standing ovation de la vidéo de Lou B., ci-dessous, fait suite à la reprise de "Les yeux de ma mère" d’Arno par Lou, juste avant qu’il ne fasse le medley avec Lou de Pryck (la seconde vidéo). Cela se produit souvent lors de ses prestations publiques. Le plus drôle, c'est que Lou ne le voit pas et donc n'en n'a pas conscience.

Hier, après l'émission du Télédon, nous l'avons félicité en lui expliquant qu'il avait eu droit à cette "standing ovation".
Sa réponse fut laconique : "Ouais...", sans grand enthousiasme.
"Mais tu sais ce que veut dire une "standing ovation", Lou ?".
"Non...".
Nous lui expliquons.
Re : "Ouais..." mou.
Il a fallu lui faire comprendre que c'était la plus grande marque de satisfaction et de gratitude d'un public pour qu'il réalise quelque peu, mais sans aucune forme de fierté déplacée.
Lou perçoit bien, néanmoins, le comportement du public lors ses prestations et il adore cela, au point d’interagir avec lui et de lui adresser des « Je vous kiffe » qui n’est autre que sa marque de gratitude vis-à-vis d’autrui.
C’est pour cette raison et bien sûr pour son talent hors normes que nous initions toutes ces rencontres musicales et concerts.

Mieux et étonnant, au lendemain de chaque prestation publique, on sent notre Lou grandir dans sa tête et renouer avec l’estime de soi, tellement détruite par certains professionnels de l’établissement scolaire où il se trouve.

Le "melon", Lou ?
Jamais, cela dépasse son entendement et c'est en cela que cette aventure est magnifique.


jeudi 4 mai 2017

Marine, Donald, Victor, on ne vous kiffe pas !


-->
Les personnes avec handicap mental ne sont pas des plantes (voir cet exemple d’autistes sévères non verbaux qui parviennent à exprimer leur pensée).
L’ambiance délétère du monde d’aujourd’hui peut les stresser, violemment.
Lou en fait partie. Il n'est pas indifférent à l'ambiance anxiogène actuelle.
Il a récemment composé une (très) chouette chanson, mix de pop, rap et slam sur le thème (tiens, tiens...) "Je vous kiffe" (soit l'amour).
A contrario, quand il se défoule sur sa loopstation, il s'amuse à faire des raps contenant des propos violents contre Marine le Pen et Donald Trump (les chiens ne font pas des chats).
Du coup, le père/parolier est passé par l'étape du développement de l'idée de Lou pour éviter que la chanson tourne en rond. Il s'est amusé à opposer la réalité de Lou et son amour inconditionnel pour l'être humain, au racisme et à Marine Le Pen.

En attendant la mise en ligne de l’intégralité de la chanson, voici donc l’extrait concernant Marine Le Pen.

Extrait :
Marine Le Pen, tu m’fais d’la peine
Tu prônes la peur sur ton trône de reine.
Ta haine me gène, à rien elle ne mène.
Tes rengaines gangrènent la scène urbaine.

Ce que tu sèmes, sans gêne est obscène.
Tes graines malsaines sont vaines.
Les peurs souillent notre vision de la vie.
Plutôt qu’ennemi, soyons ami, à l’envi.


A très vite pour la suite de la chanson.

#MarineLePen  
#RadioLondres 
 #JeVote 
#Presidentielle2017
#Le GrandDébat
#LePen
#FN 
#LouB.

L'AVENIR de Lou B. (Lou Boland)

Lou 18 ans – presque 19-. Il termine un cursus scolaire (chaotique, insuffisant et décevant). Il se retrouvera donc à la maison dès septembre sans aucune qualification.

Le manque de places en centres de jour nous met devant une échéance de 4 à 8 ans d’attente avant qu’il puisse intégrer un tel centre qui de toute façon, serait un option par défaut, tant nous restons persuadé que Lou pourrait encore progresser et, à sa mesure, intégrer une vie au sein de la société grâce, entre autre, à ses talents musicaux.

Face à cette situation, nous n’avons plus d’autre choix que d’agir et de ne plus taire nos besoins, les aides et soutiens indispensables pour construire un avenir pour Lou, avec ceux qui voudront et pourront nous aider.

Nous avons parfaitement conscience de la déficience – ou plutôt différence – mentale de Lou. Nous savons pertinemment bien que Lou ne sera jamais totalement autonome et qu’il aura besoin de nombreuses aides à sa vie adulte. Mais au vu des multiples combats gagnés, années après années, mois après mois, jours après jours, nous mesurons l’énorme potentiel de progrès qu’il serait capable d’encore acquérir.

C’est pourquoi nous faisons appel à toutes les bonnes volontés pour nous aider dans ce combat pour son avenir.

Nous souhaitons, à court et moyen terme, mettre en place un planning d’activités, organisant l’emploi du temps de Lou (apprentissages, carrière musicale et loisirs) dans les « heures ouvrables », afin que Claire et moi puissions continuer à exercer nos professions.

Pour ce faire, nous allons faire appel d’une part, à des aides professionnelles (Ligue Braille, l’ONA ou la Fondation I See) pour tout ce qui tient aux apprentissages à l’autonomie et d’autre part à des personnes bénévoles pour différentes fonctions / occupations : apprentissages, éveil, loisir (décrites ci-dessous).

Si vous disposez d’un peu de temps en semaine (2 à 3 heures) et de manière la plus récurrente possible (ou si vous connaissez des personnes susceptibles d’être intéressées) voici les différents profils recherchés :

Postes occasionnels : (disponibilité tel ou tel jour)

- Des « chauffeurs » (transports de Lou vers ses différentes activités selon le futur planning et nos propres disponibilités)
- Des « accompagnateurs » (pour accompagner Lou dans telle ou telle activité (carrière musicale p. ex.))

Postes d’enseignement / d’éveil : (1 à 2 h/sem. / éventuellement 1 semaine sur 2)

- Prof de mat : calcul, gestion de l’argent, gestion du temps
- Prof de français (orthographe, vocabulaire)
- « étude du milieu » (sensibilisation au monde)
- Langue (anglais) (Lou se débrouille déjà pas mal)
- Sport (jogging, piscine, …)
- Poste « détente » accompagnement (loisirs : toutes suggestions bienvenues)
- …Toute idée est la bienvenue selon vos compétences…

Accompagnements professionnels (via Ligue braille, ONA, Fondation I see et autres…) (qq. H. sem.) :

- autonomie (maison)
- autonomie déplacement (canne)
- Informatique / tablette / Smartphone
- Braille
- Autonomie (repas)
- psychomotricité fine

Développement musical de Lou

- prof de chant
- Cours de piano
- activités musicales « loisirs » (Créahm)
- Projet musical professionnel (nous aider dans les contacts, démarches etc.)

Vous vous reconnaissez dans l’un de ces postes ? Vous avez la possibilité de nous aider ? Vous avez l’envie de passer des moments enrichissants au contact de Lou de manière récurrente?

Nous vous proposons une réunion d’information et de prise de contact le lundi 29 mai 2017 de 18h30 à 20h30 dans les bureaux de la Fondation Lou, 212, chée de la Hulpe à 1170 Bruxelles.

Si vous souhaitez vous engager dans le projet mais n’êtes pas disponibles à cette date, merci de nous le faire savoir (nous vous tiendrons informé de l’évolution du projet).

Dans les deux cas, merci de nous contacter afin de vous faire parvenir un formulaire.

Rappel : Si vous connaissez des personnes susceptibles d’être intéressées, merci de les contacter et/ou de leur transmettre ce mail.

Enfin, la Fondation Lou recherche l’une ou l’autre personne susceptible d’aider la Fondation Lou dans des tâches administratives ou de gestion (2 à 4 h/semaine). Si intéressé, merci de contacter Luc directement (et on en reparlera lors de la réunion du 29 mai).

En vous remerciant de nous avoir lu.
Bien à tous.
Luc & Claire Boland – Bailly
Vincent Boland (co-coordinateur)

Fondation LOU
Fondation privée

Fondation Lou - Rue des trois tilleuls, 57 - 1170 Bruxelles - 0476/66.76.13. - fondationlou AROBASE skynet.be
Bureau : 212, chée de La Hulpe – 1170 Bruxelles - +32/2/673.27.89

vendredi 28 avril 2017

Lou B. (dans le rétroviseur)

L’air de rien, notre Lou fait son chemin du haut de ses presque 19 ans.
Les défis à court terme sont titanesques et j’y reviendrai sous peu, car nous allons avoir besoin d’un sacré coup de main, pour un sacré coup de rein : son avenir. Ses capacités musicales ne sont pas celles de la vie de tous les jours.
Mais je voudrais surtout ici vous partager mon plaisir.

Mettant à jour la page Facebook de Lou, à l’occasion de son duo avec Cali « La vie quoi ! », j’y recense 1.420 « followers ». Pas mal me dis-je…
Puis je me dis que je dois mettre à jour son curriculum vitae (qu'on m'a un jour demandé). Et là, je me dis : « Ah ouais, tout de même ! ».

Lisez plutôt (et si le coeur vous en dit, suivez les nombreux liens pour reparcourir ce bout de chemin) :

Instruments :
Piano – claviers, Chant, Cajun, Hang, Beatbox, Flûte (basique), Accordéon (basique), loopstation.

Styles musicaux :  chanson française, variété anglo-saxonne, Jazz, Rap, ...

Prestations publiques :

Lou a déjà joué de nombreuses fois en public et sur des plateaux de télévision et réalisé des rencontres musicales avec des artistes tels que Maurane, Cali, Thoots Thielemans, Patrick Watson, Archive, Saule, Lemon Straw, Christophe Maé, Marc Vella, Martin Salemi, Barbara Wiernick, Abbey Road, the Bianchini Andrioli Cappucci Luongo Quartet, Julie Larousse, Babylon Circus, Glasgow, Valentin Marceau et d’autres artistes moins connus.

2008 :
- RTBF La1 (TV): Participation à l’émission CAP48. Prestation avec Mauranne

2011:
Composition de la musique originale du Festival EOP! (depuis lors : l'Extraordinary Film Festival)

2012 :
- Botanique. Composition d’un titre original avec Patrick Watson lors de son concert
- Enregistrement et mis en ligne ( I-Tunes - You tube) de la chanson "Lou, je m'appelle Lou" (près de 1.400.000 vues à ce jour)

2013 :
- Théâtre 140 (sold out) : la Jam de Lou (premier concert public de Lou B. – série de duo avec différents artistes dont Charles Loos.
- La nuit des associations de la principauté de Monaco : Prestation 3 titres
-  RTBF La1 (TV): Participation à l’émission CAP48. Prestation de la chanson “Je m’appelle Lou” et de“Formidable” de Stromae.
- Rencontre musicale avec Toots Thielemans
2014 :
- Festival Rock21 : prestation avec le groupe Lemon Straw.
-  Jazz au marché (Boistfort) : set de Jazz avec Martin Salemi
-  International festival of art and disability (Modena - Italie) : prestation solo et collectif (avec le groupe australien Ruddely Interrupted et un orchestre de 50 jeunes musiciens de l’académie de Modène)
-  RTBF La1 (TV): Participation à l’émission CAP48. Reprise de la chanson “Dans les yeux de ma mère” de Arno.

2015 :
- Collectif Artypique (France) : tournée de 5 jours (avec les artistes du collectif, les musiciens Guillo, Valentin Marceau et Lili Ster)
-  Festival FrancoFaune – Espace Delvaux : duo avec Saule (“Tête ailleurs”)
- Nouvelle version (dynamique) de la musique de l'Extraordinary Film Festival (ex. festival EOP!)

2016 :
- Club Archiduc : duo improvisé avec the Bianchini Andrioli Cappucci Luongo Quartet (« Blues for Alice »)
-  Blanches et noires (Bruxelles): reprise de « Besame Mucho » à la façon de Petrucciani
- Collectif Artypique (France) : tournée de 5 jours (avec les artistes du collectif et le groupe Galsgow)
- AKDT (Libramont) : prestation de beatbox et body rythm
-  Brussel Mixity – BX1 (TV) : prestation live de “Lou, je m’appelle Lou”
-  Maison Culture Prov. de Namur : première partie de Dave (set de 30’)
-  La Louvière : prestation solo 30’ et duo avec Abbey Road (“Long tall Sally”)
-  CC Uccle : concert privé – set de 30’

2017 :
-  Festival International du Créahm Liège : concert – set de 40’ (improvisation à la loopstation de "Gangsta Paradise").
- Le Fol ensemble : collectif de musiciens autistes sur un projet de symphonie composé par Emilien Hamel (autiste lui-même). Premières répétitions et première représentation (Grenier de La Motte - Haute-Normandie).
- Paris (Collectif Artypique) : duo avec Cali (“la vie quoi !”)

Internet et réseaux sociaux :
You tube :   -   3.924.000 vues sur l’ensemble des vidéos publiés depuis 2008.
                     - 2.450.000 vues pour la chanson “Lou, je m’appelle Lou” (toute version confondue et hors diffusions externes)

Facebook : + de 78.000 partages de la chanson “Je m’appelle Lou” (publiée sur FB).
                     - 1.420 abonnés  à la page Facebook Lou B. (créee en 2016)

Et malgré cela, pas un label, pas un artiste ne s’est encore adressé à nous pour nous aider à réaliser son rêve : faire un CD.
Mais ne boudons pas notre plaisir…

PS: et vous, quelle est votre prestation préférée de Lou ?
Les 3 dernières prestations de Lou en 2017 :